19/09/2009

History of racism: Greece and Rome

"Pour les Grecs et les Romains, l'engeance la plus discréditée, la plus vile, ce sont les Barbares, ceux qui proviennent d'une autre civilisation et dont on ne comprend pas la langue."

"D' ailleurs, le mot 'barbare' est à l' origine une onomatopée qui exprime la dérision devant un parler qui sonne bizarrement aux oreilles du Grec."

"Banni de la vie religieuse, politique, juridique de la communauté, le barbare n'a pour ainsi dire aucun statut."

 

(in: Le mépris des "barbares", in: Jésus, T1, 1874, p.377)

 

H. Van Hoof, Esquisses pour une histoire de la traduction en Occident, Le Linguiste/ De Taalkundige, 03/04/1972

 

“Les Grecs étaient tellement convaincus de leur supériorité culturelle qu’ ils laissaient aux étrangers le soin d’apprendre le grec.”

 

(s.p.)(p.2 de l’ article)

 

Magee Bryan, Histoire illustrée de la philosophie, Ed. Le Pré aux Clercs, 2001

PLATON

(p.29) « Dans sa cité idéale, une classe intermédiaire, qu’il appelle celle des auxiliaires, maintient l’ordre sous la direction d’une classe dominante composée de philosophes. Ainsi présentée, la cité idéale de Platon ressemble aux sociétés communistes du XXe siècle.  Il est indéniable que la pensée politique de Platon a exercé une immense influence au fil des siècles, en particulier sur les doctrines totalitaires de droite comme de gauche qui ont caractérisé le XXe siècle.

 

 

 

Vaute Paul, Onze siècle de jeux pour Zeus, LB 21/08/2000

 

Apollon a aussi ses jeux (les Jeux pythiques), tout comme Neptune (les isthmiques) et Hercule (les Néméens).

Vaute: Le refus des étrangers, au moins dans les premiers siècles des Jeux, montre aussi qu’une différence est faite entre ce qui est grec et ce qui ne l’est pas ?

Hannick Jean-Marie (Unité Histoire de l’Antiquité - UCL): Oui.

 

20:17 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.